Tanger : un partenariat industriel inscrit au coeur de l’économie circulaire

Septembre 2016

Située à l’extrémité nord du Maroc, Tanger est la principale porte du Maroc sur l’Europe. Avec ses 974 000 habitants, la ville est aujourd’hui le deuxième pôle économique marocain après Casablanca. L’activité industrielle y est diversifiée (textile, chimique, mécanique, métallurgique et navale) et la ville dispose actuellement de 4 zones industrielles, dont deux ayant un statut de zone franche (la Zone franche de Tanger et la Zone franche portuaire).

Renault : une référence de l’économie circulaire

Si la gestion des déchets est au cœur du défi de la transition énergétique et du développement de l’économie circulaire, elle occupe également la première place dans la mission que s’est lancé Renault à travers son usine Renault-Nissan à Tanger, située en Zone Franche de Melloussa I.

En s’alliant SUEZ, l’entreprise affiche clairement son ambition : produire autrement dans une démarche de développement durable. Cette usine fait figure de référence pour le constructeur automobile. Une référence de par son positionnement stratégique tourné vers le marché international : l’usine affiche une production de 210 000 véhicules en 2014 devant atteindre les 370 000 véhicules en 2016.

Depuis plus de 20 ans, SUEZ accompagne le géant français de l’automobile dans la gestion globale in situ de ses déchets industriels. Les équipes, composées de 70 personnes, se retrouvent à toutes les étapes de la chaîne de production afin de collecter et trier l’ensemble des déchets industriels comme les chutes de ferrailles, les déchets cartons, plastiques, les métaux non ferreux. Par la suite, ces déchets sont reconditionnés et traités en vue de leur valorisation et de leur recyclage.

Comme son partenaire, la stratégie adoptée est celle de l’ouverture au marché international, la valeur ajoutée du Groupe résidant dans la maîtrise des flux des déchets : les métaux ferreux sont envoyés en Chine, les déchets dangereux qui n’ont pas de solutions en locales sont envoyés en Espagne, tandis que la plupart des chutes de production comme les matières plastiques sont traitées localement. En deux ans seulement, les performances en matière de gestion des déchets ont été presque doublées, passant de 35 773 tonnes en 2013 à 52 800 tonnes en 2014.

renault1 renault2 renault3

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.